Dix qualités pour vivre heureux !

Nous vivons dans un monde où tout va très vite voire trop vite. Nous devons faire face aux bouleversements climatiques, une mondialisation effrénée, l’accueil de réfugiés climatiques et politiques.Cette nouvelle ère nous donne l’opportunité de relever plusieurs défis et il convient de ne pas céder à la facilité, ni au désespoir.C’est pourquoi j’ai dressé une liste des  10 qualités pour vivre heureux et ouvert au monde!

La ténacité.

la Ténacité C'est l'art de tenir bon

« Vous n’avez rien à craindre car l’échec est impossible. Vous ne pouvez qu’APPRENDRE, ÉVOLUER, et devenir MEILLEUR que vous ne l’avez jamais été. »

 

C’est l’art de tenir bon, et d’accepter les revers de la vie comme quelque chose de normal ; même lorsque les choses paraissent sombres.

C’est l’art de refuser d’effrayer les autres avec ses propres peurs, et de se souvenir que la nature humaine est, au final et de manière rassurante, coriace.

Effectivement, depuis mon burn-out, le chemin est semé d’embuches. Comme vous le savez maintenant, j’ai décidé de changer complètement d’orientation en créant un blog pour pouvoir au final le monétiser. Après 10 mois, je n’ai encore rien empoché financièrement.

Mais à force d’essayer encore et encore, si je fais le bilan de l’année qui vient de s’écouler, mon enrichissement personnel, relationnel, est à n’en pas douter, ma plus grande richesse. Donc oui N’ABANDONNEZ JAMAIS, vous serez fier de vous et heureux de vivre.  🙂

L’empathie.

l'empathie, la meilleure des vertus

« Remplacez vos jugements par de l’empathie, préférez l’empathie aux plaintes permanentes et échanger la peur contre l’amour.»

C’est la capacité à se connecter imaginairement aux souffrances et aux expériences uniques d’une autre personne.

C’est avoir le courage de devenir quelqu’un d’autre, puis de se regarder soi-même à nouveau avec honnêteté. Voilà pourquoi il ne faut pas confondre empathie et hypocrisie…

Les personnes qui sont dotées de cette capacité sont en mesure d’entendre les questions non exprimées. De prévoir le besoin d’autrui.

J’aime beaucoup m’entourer d’amis qui ont cette qualité. Leur égo n’est pas surdimensionné et ils savent écouter en vous encourageant à parler de vous.

Ils vous font sentir que vous êtes important de façon sincère et honnête.

Cette qualité se manifeste souvent chez le personnel de santé car ils ont cette faculté à trouver les mots et le ton juste pour décrire et déceler l’état émotionnel de leurs patients.

L’empathie est pour moi , une des plus belle qualité à travailler lorsqu’elle n’est pas innée.  😉

Le livre de Dale Carnegie, « comment se faire des amis » est une bible en la matière.

La patience.

La patience est une qualité

« La patience est une vertu qui s’acquiert avec de la patience. »

 

On perd son sang-froid car on pense que les choses devraient être parfaites.

On est devenu tellement bon dans certains domaines, qu’on a de plus en plus de mal à gérer les choses qui persistent à mal se passer.

Dans un aéroport, sur le quai d’une gare, à l’arrêt de bus, dans les embouteillages, etc… Notre sang commence à bouillir, d’où l’expression perdre son sang-froid, quand nous devons attendre 30sec de plus que l’heure prévue.

Nous en sommes à un tel point que nous manquons de patience également pour nous, notre bien-être…J’ai pas le temps de faire du sport, de bien me nourrir, de me balader en famille, etc…

Tout ceci revient à dire, finalement, que nous n’avons plus la patience de se faire du bien.

Bien que ces derniers temps, un vent nouveau souffle, et c’est une bonne chose. La psychologie positive commence à faire des émules, l’éducation bienveillante nous donne les clefs pour mieux comprendre l’enfant et sa complexité.

On gagnerait à devenir plus calme et pardonner, (à se pardonner) plus facilement en devenant plus réaliste à propos des petits tracas de la vie. Cette prise de conscience nous élève et nous empêche de regretter une parole lâchée un peu trop vite sous le coup de l’émotion. 😕

Le sacrifice.

L’art du sacrifice pour vivre heureux

« Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l’une ni l’autre. »

 

Mon dieu que c’est vrai et ça je l’ai appris à mes dépends. Si seulement j’avais compris ça plus tôt, je n’aurais pas sacrifié 20 ans de ma vie dans un job, seulement pour cette sécurité de l’emploi.

L’art du sacrifice ne veut pas dire sacrifier sa personne, ses valeurs pour faire semblant que tout va bien dans le meilleur des mondes.

Le vrai sacrifice est de faire preuve de courage en sortant de notre zone de confort, se mettre en danger pour soutenir une cause ou des injustices, sociales, professionnelles ou raciales.

On est programmé à viser notre propre avantage certes, mais on a aussi cette miraculeuse capacité, à renoncer à nos propres satisfactions au nom de quelqu’un ou quelque chose d’autre.

Lorsque nous fondons une famille, l’art du sacrifice que l’on pourrait appeler l’art de faire des concessions est fondamentale. Sans cela, il est préférable de rester seul avec son égo, et éviter de faire souffrir des enfants qui n’ont rien demandés.  😮

La politesse.

La politesse pour vivre heureux

« La politesse est l’hypocrisie la plus acceptable. »

 

La politesse a mauvaise réputation. On pense souvent que ne pas dire ce que l’on a sur le cœur est une mauvaise chose, contrairement au fait d’être soi-même.

Cependant, vu comment la plupart d’entre nous est réellement, on devrait épargner aux autres une trop grande exposition de nos Moi intérieurs.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille taire ce que l’on pense et être d’accord sur tout. Le risque serait de passer pour quelqu’un de terne, sans avis et au final sans personnalité. Mais adapter son discours en fonction de notre auditoire.

Les bonnes manières ne sont pas néfastes. Elles sont les règles nécessaires à la civilisation. La politesse est très liée à la tolérance ; à cette capacité à vivre aux côtés de personnes dont on ne partage pas nécessairement les opinions, mais qu’on ne peut malgré tout pas éviter.

C’est une qualité avec le respect qui malheureusement se perd  😥

L’humour.

l'humour pour vivre heureux

« Une personne intelligente

 Sommeille en moi.

L’inconvénient,

C’est qu’elle dort tout le temps… »

 

S’amuser des situations et de soi-même ne parait pas très sérieux, mais c’est une qualité inhérente à la sagesse car c’est le signe qu’on a été capable de combler le fossé entre ce que l’on voudrait qu’il arrive et ce que la vie peut nous apporter en réalité.

Tout comme la colère, l’humour est issu de la désillusion, mais cette désillusion est alors canalisée de manière positive.

C’est ce que l’on peut faire de mieux avec notre tristesse. Je n’sais pas vous, mais je ne compte plus le nombre de fois où je me suis sorti de situation embarrassante en faisant preuve d’autodérision.

Et je peux vous dire qu’il m’en a fallu de l’autodérision car si vous avez jamais vu une asperge avec un menton en galoche et un strabisme, et bée… vous l’avez là. Donc, merci à l’humour.  😀 

La conscience de soi.

la conscience de soi c'est se connaître

« L’instant où vous acceptez d’endosser l’entière responsabilité de TOUT ce qui forme votre vie est l’instant où vous exploitez le pouvoir de changer N’IMPORTE QUEL ASPECT de votre existence. »

 

Se connaitre, c’est essayer de ne pas tenir les autres responsables de nos problèmes et de nos humeurs.

C’est faire la différence entre ce qui se passe à l’intérieur de nous et ce qui appartient au reste du monde.

En fait la conscience de soi pourrait se décliner en trois points :

1.     La prise de conscience de son corps et de ses mouvements pour ne rien entreprendre de manière hâtive et confuse. Ceci revient à dire que chaque tâche serait accomplie calmement, avec attention et de façon réfléchie. Ce qui aurait pour effet de ralentir le rythme de notre vie mais développerait notre efficacité personnelle. Car contrairement à ce que l’on croit, le fait de faire les choses plus lentement ne veut pas dire faire moins de choses. Si l’on mettait en place cette prise de conscience dans tous les faits et gestes de notre vie, nous perdrions moins de temps à nous agiter dans tous les sens, en gaspillant de l’énergie à brasser de l’air.

 

2.     La prise de conscience de ses émotions nous permettrait de percevoir ce que nous ressentons émotionnellement à l’intérieur de nous.

En ayant une attention particulière et régulière à la prise de conscience de nos sentiments, nous serions moins dans la réaction. Mais plutôt, capable  de déceler, anticiper des émotions, tel que la colère, l’impulsivité… pour au final réussir à les canaliser.

 

3.     La prise de conscience de ses pensées est sans aucun doute la plus difficile ou tout au moins la plus longue à maîtriser.

Nous avons chaque jour un flux énorme de pensées et pour ne pas se laisser envahir ou déstabiliser par celles-ci, il va falloir apprendre à regarder d’où elles viennent et où elles vont.

Avec de la pratique comme des séances de méditation, vous réussirez peu à peu à diminuer ce flux de pensées. Vos idées deviendront plus claires et votre attention décuplée.

Pardonner.

pardonner c'est redonner une chance

C’est se souvenir de toutes les fois où l’on s’en est sorti grâce à quelqu’un qui nous a redonné une chance.

C’est reconnaître que vivre avec les autres est une chose impossible si on n’excuse pas les erreurs.

Les reproches apportent la tempête, alors que la communication apporte la paix.

Si on est en colère contre quelqu’un, peu importe le grief, efforçons-nous de communiquer avec elle nos sentiments. Une des choses qui détruit les relations est le refus de s’ouvrir ou d’aborder des sujets dont nous avons de la difficulté à discuter.

L’espoir.

perd jamais espoir

« Continue de te battre pour ce que tu crois, même si c’est parfois très difficile. Dis-toi que certaines batailles sont plus longues à gagner que d’autres, et ne perd jamais espoir. » Alexandra Julien.

 

L’état dans lequel est le monde actuellement n’est qu’une pâle image de ce qu’il pourrait être un jour. Nous ne sommes toujours qu’au début de l’histoire. En vieillissant, le désespoir vient bien plus facilement, presque comme un réflexe, alors qu’à l’adolescence, tout est super et rempli d’aventure.

Certaines personnes comparent le désespoir à du pessimisme.

Le pessimisme face aux flux migratoires, aux changements sociétaux qu’occasionnent les nouvelles technologies, engendrent des peurs sur l’avenir du monde.

Je compare plus ça à de l’ignorance et d’une certaine jouissance à se faire peur. Mes parents font parties des personnes qui comptent le plus à mes yeux. Ils vivent à la campagne, le premier voisin est à un kilomètre de la maison.

L’air y est pur, leur alimentation vient en grande partie de leur jardin. Dans le village le plus proche, il n’y a aucun africain, aucun maghrébin ni chinois ou autres nationalités. Mais leur pessimisme pour les générations à venir m’attriste et pour ne rien vous cacher, m’agace un peu.

Voilà pourquoi je parlais plus haut d’ignorance, je ne dis pas que mes parents sont idiots mais la seule source d’information qu’ils ont, comme beaucoup de nos concitoyens est celle des actualités de tf1, france2, etc…qui leurs martèlent à longueur de journée l’image d’un monde terrible, plein de haine et d’insécurité.

Pour ma part, je n’ai pas envie de tomber dans cette facilité et je pense que pour garder espoir en l’avenir et en la pérennité de la civilisation humaine, il convient d’encourager l’ouverture au monde.

La confiance en soi.

La confiance en soi

« Abandonnez le besoin d’être parfait au profit de l’authenticité. Soyez vous-même, aimez l’individu que vous êtes et les autres vous apprécieront. »

 

Les plus grands projets meurent tout simplement parce que l’on n’ose pas. Alors, dit comme ça, c’est vraiment cul cul la praline. Je vais essayer quand même de vous donner à travers mon changement radical de vie que c’est évident. J’ai pas dit facile mais évident, OK ?

Alors, au départ, mon grand projet est de vivre ma vie, pas celle d’un autre. Pour cela il me faut mon entreprise. Comment je fais ? j’ai pas de diplômes, j’ai 48 ans, une famille à nourrir et une maison à finir de payer.

Heureusement, aujourd’hui on peut se former de chez soi, merci Google, YouTube, Facebook etc…

Je commence à dégoter une formation gratuite de 23 vidéos de paul pyronnet sur la Pnl. 15 jours plus tard, mon morale frise l’extase. En 15 jours je viens d’apprendre que le cerveau est capable de tout et qu’il continue à fabriquer des neurones jusqu’à sa mort, Whoaooo !

Je suis fier de mon cerveau même s’il n’a encore rien fait. Ma confiance commence à croître. Maintenant, il me faut un endroit où je peux travailler sans bruit, ah oui j’ vous ai pas dit, ma femme est assistante maternelle et en plus de mes deux enfants, nous avons trois bébés à la maison.

Comme j’ai pas un château ni un bureau dans lequel travailler, je fabrique avec trois planches et 2 tréteaux un petit bureau et je m’installe dans le garage, yes !!!

J’ai une patate d’enfer, comme la sensation d’être invincible. Dans les 4 mois qui suivent, j’apprends à jouer de la guitare, du synthétiseur, je m’inscris à la formation blogueur pro d’olivier Roland, à la formation Fast n’fluent (apprendre à parler couramment anglais en 3 mois) de Bertrand Millet.

Je vous rappelle, je n’ai aucun diplôme, je n’y connais rien en informatique, mis à part les logiciels de traitement de textes… et encore, sans parler de YouTube ou Facebook qui me donnent des boutons.

Qu’à cela ne tienne, mon cerveau est capable de tout !

Cependant, il est important pour moi de ne pas oublier mon corps, notre deuxième cerveau, c’est pas moi qui le dit.

Alors je me lance un défi, j’adore ça ! Après 2 ans sans faire de sport je décide de parcourir 1000 km à vélo en 30 jours pour voir comment mon physique évolue. Avec 5 jours de repos dans les 30 jours, donc je dois faire 40km/jour. Vous pourrez bientôt voir sur YouTube si j’ai réussi mon pari et si mon physique a tenu le choc.

Et oui, vous avez bien lu, j’ai passé le cap YouTube, Facebook etc… une autre expérience qui me donne une confiance de malade. Après avoir passé le cap de, j’aime pas ma tronche, ma voix, mon physique, etc… j’ai enfin appris à m’accepter tel que je suis, ça fait un bien fou !

Donc j’ai filmé les 30 jours du défi, il me reste plus qu’à faire le montage, un autre truc que je ne connaissais pas, après ça j’ai créé mon Blog, ma chaîne YouTube, ma page Facebook.

Donc pour résumer, même si je ne parle pas anglais couramment, les rencontres que j’ai faites pendant cette formation ont été incroyable. D’ailleurs à l’heure où j’écris cet article, j’ai toujours des contacts avec Claude qui vit en inde et avec lequel je parle tous les 15 jours.

Je vous montrerais également comment j’en suis arrivé grâce à la formation Fast n’Fluent à filmer des événements auxquels j’ai participé pour apprendre l’anglais.  Un énorme pied de nez à ceux qui veulent fermer les frontières. A cette occasion j’ai rencontré des roumains, turcs, indous, New-yorkais, etc… qui eux cherchent à apprendre le français. Le concept est à l’initiative de franglish : parler 7 minutes en français puis 7 minutes en anglais, une super expérience !

Voilà, j’espère que mon expérience qui n’est qu’au début, vous donnera l’envie d’OSER vivre votre grand projet de vie.

Pour moi, avoir confiance en soi, ce n’est pas être arrogant, il s’agit de constamment avoir conscience que la vie est courte, et qu’on perd si peu à tout risquer.

Essayons de garder ces points à l’esprit et de les mettre en application un peu chaque jour.

( Ce que les experts disent sur le fait d’Oser: La thérapie de la confiance en soi )

Et vous quel est votre projet de vie ? Partagez nous ce qui vous anime ou vous freine pour concrétiser vos rêves dans les commentaires ci-dessous.  😉

Partagez si vous avez aimé  🙂

 

Laisser un commentaire